Colloque : « Les passeurs d’idées politiques nouvelles »

Passeurs

_

Les passeurs

d’idées politiques nouvelles

« au village », de la Révolution

aux années 1930

Colloque, Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013

Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru

Entrée libre

 

 

ARGUMENTAIRE :

S’interroger sur les « passeurs » de la modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. Le présent colloque porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ? Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites feront également l’objet d’une attention particulière.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles. Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité.

 

PROGRAMME :

Jeudi 20 juin

9h : accueil des participants

9h15 : Éric Lysøe (dir. École doctorale) et Philippe Bourdin (dir. C.H.E.C.) : mots d’accueil

9h30 : Julien Bouchet et Côme Simien : Pour une nouvelle approche de la politisation des campagnes.

 

Première session : Les voix de la politisation                              

 

I. Être un passeur : mobilisation d’un capital social et quête de (re-)légitimation

Modération : Vincent Flauraud

9h50 : Boris Deschanel (Université Paris-1) : Passeurs d’idées, passeurs de biens : les commerçants et la politisation des villages dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h10 : Guillaume Colot (Université Clermont-2) : Jean-Baptiste Py, curé constitutionnel d’Effiat (Puy-de-Dôme) ou comment un curé de campagne fait passer la nouvelle organisation du clergé à travers la correspondance adressée à l’abbé Grégoire et à ses collègues parisiens (1795-1802).

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

 

II. Des passeurs-traducteurs ou des passeurs-producteurs ? Formulations, reformulations et vulgarisations

Modération : Philippe Bourdin

11h : Vivien Faraut (Université de Nice) : “Les lettres aux électeurs” dans le processus de diffusion des idées libérales sous la Restauration.

11h20 : Jean-Charles Buttier  (Université Paris-1) : Catéchismes politiques et politisation des paysans.

11h40 : Émilie Delivré  (Université de Trente) : Catéchismes politiques et politisation fondamentale dans les campagnes allemandes du long XIXe siècle, ou comment faire “passer la modernité » par un support traditionnel.

12h00 : Discussion

 

Deuxième session : Stratégies de passeurs et formes du passage              

 

I. S’approprier et diffuser

Modérateur : Jean-François Chanet

14h30 : Côme Simien (Université Clermont-2) : Les interprètes de la Révolution ? Les instituteurs de langue française dans les villages bretons et alsaciens (an II – an IV).

14h50 : Sébastien Pivoteau (Université Clermont-2) : Mener la “guerre aux châteaux” dans le Cantal en Révolution. Réflexions sur les conditions d’un passage à l’acte subversif.

15h10 : Mattieu Piron (Université Lyon-2) : Défendre la Révolution au village : jeux politiques et stratégies sociales. Discours et pratiques politiques en Haute-Bretagne rurale (1788-1791).

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

II. Les formes de la résistance : penser et pratiquer l’opposition « au village »

Modération : Jean-Claude Caron

16h00 : Alexandre Frondizi (Sciences-Po) : Les journées de juin 1848 à la Goutte-d’Or : l’insurrection au “quartier”, l’insurrection au “village” ?

16h20 : Jean-Noël Tardy (Université Paris-1) : Des conspirateurs au village. La société secrète, obstacle ou vecteur des idées nouvelles sous la Seconde République ? L’exemple de Suze-la-Rousse (Drôme).

16h40 : Discussion

Vendredi 21 juin

 

III. Trouver des relais, organiser un réseau de passeurs

Modération : Nathalie Ponsard

9h : Julien Bouchet (Université Clermont-2) : Des passeurs dépassés ? La difficile implantation locale des “Bleus de Bretagne” (1899-1914).

9h20 : Jean-Étienne Dubois (Université Clermont-2) : L’échelon communal au centre des tentatives d’organisation de la droite républicaine dans le Puy-de-Dôme dans le premier tiers du XXe siècle (de l’Action libérale populaire au Parti républicain fédéral).

9h40 : Guillaume Quashie-Vauclin (Université Paris-1) : Les jeunes de l’UJAF, passeurs ou héritiers du communisme rural ?

10h00 : Discussion

10h15 : Pause

 

Troisième session : Justifier un engagement par la convocation du passé

Modération : Jean-Philippe Luis

10h30 : Pierre-Marie Delpu (Université Paris-1) : De la petite patrie à la mobilisation pour Naples : le rôle politique du souvenir de Murat dans le Lot dans les années 1850.

10h50 : Lisa Bogani (Université Clermont-2) : Écrire les répercussions du coup d’État de décembre 1851. Devoir de mémoire, devoir de propagande : l’exemple des Souvenirs de Blaise Lavelle.

11h10 : Gwenn Gayet (Université Clermont-2) : Georges Arnoult (député, 1876-1885) ou les jeux d’un acteur républicain : de la politisation des campagnes bigoudènes aux objets d’art.

11h30 : Discussion

 

Renseignements pratiques : 

Secrétariat du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »

Tél : 04 73 34 68 48

Mail : chec@univ-bpclermont.fr

Site : www.univ-bpclermont.fr/chec


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *