Parution du Prix Albert Mathiez : Corine Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration.

Couverture

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Les serviteurs du pouvoir, les versificateurs habiles à chanter l’ordre établi sont les oubliés d’une histoire qui a bien davantage consacré les pamphlétaires et les satiristes. Surtout en cette France du premier XIXe siècle où leur geste a tous les traits d’un Ancien Régime qui se refuse à mourir. Pourtant, entre 1815 et 1830, près de 3000 poésies sont écrites à la gloire des Bourbons restaurés par une curieuse cohorte d’auteurs qui va du jeune « enfant sublime » de la poésie au polygraphe habile, en passant par les poètes-misère, les royalistes de combat, les peu-lettrés ou les académiciens besogneux.

L’objet de ce livre est là : dans ce continent oublié de la littérature de célébration qui éclaire, entre poésie et histoire, toutes les convulsions d’une ère de transition et de deuil entre l’Ancien Régime et l’âge démocratique. Aussi cette histoire de poètes et de princes est-elle moins celle d’une tradition que celle de sa subversion ; moins celle d’une célébration enthousiaste que celle d’un moment désenchanté. Discours irraisonné sur la Révolution française, discours de l’inquiétude et de la hantise, discours provocateur et sarcastique, entreprise normative de reconstruction d’un ordre sociopolitique, aspiration à l’unanimité reconstruite par delà la déchirure révolutionnaire : la parole de gloire de la Restauration a plus rêvé le monde et le pouvoir qu’elle ne les a naïvement célébrés.

Le livre est dès à présent commandable en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante : jp.cl.rothiot@orange.fr.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *