Base de données lexicologiques de l’Université de Trieste

La felicità è un’idea nuova in Europa.

Contributo al lessico della Rivoluzione francese, tome II,

sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin

 

EUT, Trieste, 2013, 731 pages.

ISBN 978-88-8303-470-1

prix: 45,00 €

 

 

Trieste, le 23 janvier 2013. À partir d’aujourd’hui est librement disponible sur l’archive numérique OpenstarTs de l’Université de Trieste, la version électronique intégrale de La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della Rivoluzione francese, deuxième tome, sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin, éd. EUT, Trieste, 2013.

URL: http://www.openstarts.units.it/dspace/handle/10077/8286

Le volume papier paraîtra en février.

Le deuxième tome de « La felicità è un’idea nuova in Europa » suit un fil conducteur bien précis : il permet au lecteur et à la communauté scientifique de vérifier, sur la base de données lexicologiques et lexicométriques, les interprétations récentes et dominantes en ce qui concerne la Révolution française. Les auteurs ont travaillé sur un corpus qui compte environ 7.000.000 ‘tokens’ : il s’agit actuellement du corpus numérisé le plus étendu de textes révolutionnaires français prêt à être interrogé par les logiciels linguistiques. Le corpus a été constitué en deux temps : d’abord les documents sur papier ont été numérisés, puis par un traitement OCR. Les formats TXT et DOC ont enfin été comparés avec l’original sur papier. Les données lexicologiques et lexicométriques ont été construites par les logiciels informatiques suivants: ‘Bruco’, ‘Concordance’, ‘Lexico 3’, ‘Treetagger’. Une introduction riche et articulée permet au lecteur de s’orienter au milieu des références bibliographiques dont découle le choix de chaque lexie. Pour le moment le corpus – à l’exception des catéchismes révolutionnaires – ne peut pas être mis en ligne, à cause des contraintes normatives en matière de droits éditoriaux. Il embrasse la bibliographie suivante : ‘Œuvres politiques’ de Marat (10 vol., Bruxelles, 1989-1993) et autres écrits de Marat précédents la Révolution ; ‘Œuvres’ de Robespierre (11 vol., Paris, 2000 – 2007) ; ‘Œuvres complètes’ de Saint-Just (Paris, 1984) ; le journal de Hébert (‘Le Père Duchesne’, 10 vol., Paris, 1969) ; ‘Du Bonheur’ de Lequinio (20 brumaire an second) ; 112 catéchismes révolutionnaires, desquels 105 imprimés et sept manuscrits. Le volume propose des index de fréquences, des concordances, des co-occurrences, des diagrammes et flux temporels, des ‘collocations’ et des ‘tag clouds’ des lexies qui demeurent au centre du débat historiographique sur la Révolution française.

Les concordances de la chaîne « dict* » renvoient aux recherches sur l’incidence de la Révolution française dans le passage de la dictature commissaire des anciens à l’idée moderne de dictature souveraine révolutionnaire. Les concordances des lexies « bonheur » et « félicité » intègrent les résultats de recherche déjà exposées dans le premier tome et renvoient à un mot clé du lexique révolutionnaire. Aux problématiques du républicanisme et à celles de la Terreur font référence les concordances de « liberté publique », « droit(s) naturel(s) », « droit(s) de la nature », « nature humaine », « ennemi(s) de l’humanité », « ennemi(s) du peuple », « hors (de)(-) la(-) loi ». En particulier les concordances de « terreur » encadrent une relation fondamentale dans les débats historiographiques sur la Révolution française, déjà abordée dans le premier tome, en rapport précisément à Robespierre. Ainsi le concept de Terreur fait ici référence aux concordances de la chaîne « veng* ».

Offrant au lecteur la possibilité de tester le discours des acteurs principaux de la Révolution sur le plan lexical, on retrouve présentement les interprétations qui, dans le cadre de la dialectique Révolution – contre-révolution, localisent dans la vengeance l’élément explicatif de la Terreur. Le dernier groupe de données lexicologiques et lexicométriques présentées dans ce volume concerne une figure redevenue centrale dans les études sur la Révolution : le « sans-culotte ». Le matériel linguistique proposé confirme la polysémie du désignant « sans-culotte » dans le lexique de la Révolution : il documente la distance – perçue non sans quelques contradictions au sein même du lexique historiographique – entre l’usage politique et l’usage social de ce syntagme, devenu en l’an II un emblème républicain riche en suggestions et symboles.

Notes sur les auteurs :

Cesare Vetter est professeur d’histoire de France auprès du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste. Coauteur de « Nazionalismo e neofascismo nella lotta politica al confine orientale 1945-1975 » (Trieste, 1977), il a publié de nombreux essaies sur des revues italiennes et étrangères, ainsi que les monographies suivantes : « Carlo Pisacane e il socialismo risorgimentale. Fonti culturali e orientamenti politico-ideali » (Milan, 1984); « Il dispotismo della libertà. Dittatura e rivoluzione dall’Illuminismo al 1848 » (Milan, 1993); « Dittatura e rivoluzione nel Risorgimento italiano » (Trieste, 2003).

Il a édité le premier tome de « La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese » (Trieste, 2005).

Marco Marin obtient en 2005 une licence d’histoire à la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Trieste avec un mémoire de maîtrise sur « Il concetto di felicità nel pensiero politico di Robespierre » (sous la direction de Cesare Vetter). En 2008 il a reçu une bourse d’études par l’Institut Benedetto Croce de Naples. En 2010-2011 il a étudié à Paris à la Bibliothèque Nationale, aux Archives Nationales et à l’Institut d’histoire de la révolution française. En 2012 il a soutenu sa thèse de doctorat de recherche au SUM (Istituto Italiano di Scienze Umane) sur « I catechismi rivoluzionari in lingua francese, 1788-anno VIII » (sous la direction de Anna Maria Rao). Il connaît à fond les méthodes lexicométriques à l’étude du texte et actuellement il déploie des recherches sur la diffusion de la presse propagandiste et pédagogique pendant la Révolution française. Il collabore activement au chantier de recherche sur le bonheur dirigé et coordonné par Cesare Vetter au sein du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste.

Elisabetta Gon obtient en 2011 une licence en Langues modernes à la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Trieste avec un mémoire de maîtrise sur « Peuple et sans-culottes nel lessico di Robespierre » (sous la direction de Cesare Vetter). En Italie elle exerce la profession libérale de traductrice et interprète et en France elle exerce l’activité d’assistante dans l’enseignement de la langue italienne. Elle connaît à fond les méthodes d’analyse du discours et de linguistique des corpora. Elle collabore activement au chantier de recherche sur le bonheur dirigé et coordonné par Cesare Vetter au sein du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste.

La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della Rivoluzione francese, tome II, sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin, EUT, Trieste, 2013, 731 pages. ISBN 978-88-8303-470-1. 45,00 €


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *