Parution : “Extrême” ?, sous la direction de Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna

19 juin 2012
Par

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna (dir.), “Extrême” ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2012, 371 p., 18 €. ISBN : 978-2-7535-1799-8.

En inventant la droite et la gauche comme forme de positionnement politique, la Révolution française voit poindre, aux confins d’un échiquier ainsi redéfini dès la fin de 1789, des formes de radicalité qui ont contribué à rendre le débat plus tendu. En même temps que la politique naît une forme d’« extrémisme » à droite comme à gauche, qui se caractérise par une grande attention théorique tout autant que par des pratiques de rupture avec le débat supposé plus calme des assemblées.

Les actes de ce colloque se proposent d’interroger la notion d’« extrême » depuis son apparition dans le débat révolutionnaire jusqu’à ses plus récentes manifestations, en France ou en Italie par exemple, où une gauche radicale a pu se manifester et continue d’exister sous différentes formes.

Ce sont de multiples facettes de cette réalité mouvante qui sont ici proposées et étudiées. Qu’en est-il d’une définition précise de l’« extrême »? Est-ce une posture idéologique revendiquée dans une assemblée représentative? Ou bien, de par sa radicalité, ne peut-elle se déclarer que dans un espace autre, celui de la militance, de la société civile et de l’action sociale? Est-elle une réalité homogène ou bien à son tour traversée de nuances, voire d’oppositions qui la divisent? Ne serait-elle pas plutôt une réalité et un mot imposés par ses détracteurs inquiets ou agressifs, sous la forme d’un stigmate visant à décrédibiliser depuis deux cents ans ceux dont la politique est dite d’« extrême gauche »? « Extrême » devient alors un stigmate qui permet de ranger sous un même mot le terroriste, le partageux, la pétroleuse, ou le militant syndical trop actif. Qu’en est-il des acteurs de cette radicalité de gauche? Qu’en est-il des systèmes de représentations qui, depuis plus de deux cents ans, tentent de la marginaliser au nom d’une politique du bon sens, au nom d’un centre modéré rejetant à sa périphérie celles et ceux qui sont considérés comme des dangers pour l’ordre public et social? Il s’agit ici d’ouvrir des pistes pour inscrire dans l’histoire du politique cette réalité de la gauche « extrême », ces combats d’images, ces luttes de mots, autour d’une pensée et d’une pratique de gauche dont on essaie de savoir si elle est « extrême » parce que décalée par des discours dominants faisant de la modération l’objet de l’ordre politique.

Table des matières : 

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Introduction.

Première partie. Mots et concepts.

Philippe Georges : Rousseau et le malheur de l’inégalité : les “funestes hasards” de l’extrême en question.

Déborah Cohen : Des excès du peuple aux excès du parti du peuple : continuités et transferts des représentations.

Alan Forrest : Extrémisme et modération : réactions anglaises à la France révolutionnaire.

Jean-Numa Ducange : Stigmatiser la gauche “extrême”, violence et terreur révolutionnaire en Allemagne (1918-1919).

Vincent Chambarlhac, David Hamelin, Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali : Construction et déconstruction d’une catégorie : l’extrême-gauche et ses avatars en France depuis 1989. Pour la revue Dissidences.

Deuxième partie. Groupes et mouvances.

Serge Aberdam : Critiquer la construction de 1793 du point de vue l’humanité souffrante, est-ce nécessairement prendre un parti extrême ?

Françoise Brunel et Jacques Guilhaumou : Extrême, extrêmes : réflexions sur Marx, le côté gauche et les Montagnards.

Vincent Robert : Les banquets montagnards de 1848 sous l’oeil du parti de l’Ordre.

Vincent Chambarlhac : Nommer l’extrême gauche autour de 1937. Topique(s) de l’agrégation trotskiste.

Julien Dohet et Jean Faniel : La gauche “extrême” en Belgique, du Parti libéral à la gauche anticapitaliste.

Troisième partie. Pratiques.

Haim Burstin : L’expérience de la radicalité ou comment devient-on “extrémiste”. Notes à partir des journées parisiennes de 1789.

Lluis Roura i Aulinas : Radicalisme ou “extrême centre” dans le premier libéralisme espagnol.

Jean-Claude Caron : Extrémisme parlementaire et extrémisme politique sous la Restauration.

Christophe Voilliot : Des candidats contre les “extrêmes” : l’action électorale des préfets dans la préparation des élections législatives de 1834.

Hélène Rannou : Le syndicalisme révolutionnaire havrais avant 1914. Pratiques et théorie/violence et stigmatisation.

Quatrième partie. Représentations et discours de rejet.

Pascal Dupuy et Rolf Reichardt : Les figures du “révolutionnaire”. Pour une histoire iconographique comparée des types politiques “extrêmes”.

Yannick Bosc : Thomas Paine et la figure du Girondin comme radical.

Philippe Bourdin : Les mots pour le dire et pour le faire : la dénonciation des extrêmes et la chasse aux Jacobins dans Le Décadaire du Cantal (an III).

Marc Deleplace : Le Directoire entre l’anarchie et la royauté ou comment les extrêmes ne rejoignent-ils finalement pas (1795-1799).

Yvan Combeau : Les limites des extrêmes fixées par les honnêtes gens (mai-juillet 1871).

Hugo Garcia : Rojos. L’image du communisme dans la littérature contre-révolutionnaire espagnole (1918-1939).

Pascal Girard : Une gauche extrême ou une gauche “de l’étranger” ? Représentations et stigmatisation des partis communistes français et italien au début de la guerre froide.

Cinquième partie. Et aujourd’hui ?

Ludivine Bantigny : Penser le pouvoir, prendre le pouvoir. Le centre et la marge dans la culture communiste révolutionnaire (1968-1981).

Silke Mende : La radicalité comme “remède à la maladie sénile” de la société industrielle ? La formation des Verts ouest-allemands entre sentiment de crise et remise en question des catégories idéologiques.

Yannick Beaulieu : L’extrême gauche italienne n’existe pas ! Mise en perspective historique d’une “aire” politique : la Nuova Sinistra (1960-1980).

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Conclusion.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Actualité, Publications

Laisser un commentaire


Carnets de recherche