Sur le rôle de René Levasseur en Vendée : Une lettre de Daniel Jouteux à Reynald Sécher

Levasseur

Président de la Société des Amis de la Révolution – Club René Levasseur de la Sarthe, association qui a pour but « l’étude et la recherche sur la Révolution française, ainsi que la promotion auprès du public, dans la continuité du bicentenaire, de cette période historique, notamment ses valeurs démocratiques et républicaines », Daniel Jouteux – par ailleurs membre de la Ser – vient de nous faire parvenir le courrier qu’il a récemment adressé à Monsieur Reynald Sécher au sujet du dernier ouvrage de celui-ci. Nous la publions ci-dessous en intégralité.

Le Mans, le 31 Janvier 2012.

Monsieur,

J’ai lu avec attention votre récent ouvrage intitulé Vendée, du génocide au mémoricide. Je ne partage pas du tout votre opinion présentant la guerre civile de « Vendée » comme une entreprise génocidaire et Rousseau comme son prophète. Ce point de vue s’inscrit dans la tradition contre-révolutionnaire, dans un style qui est loin, il est vrai, d’égaler celui de Pierre Gaxotte et avec des excès – pour ne pas dire plus – qui feraient presque d’Hippolyte Taine un historien pondéré. Mais il appartient à vos lecteurs de se faire librement une opinion.

La liberté d’opinion, toutefois, n’autorise personne à écrire ou à laisser écrire n’importe quoi, surtout quand on veut porter l’honorable titre d’historien.

Aux pages 148-149 de votre livre, vous citez un extrait des Brigands démasqués où le général Danican range René Levasseur, conventionnel de la Sarthe, dans une liste d’officiers et de représentants qui « ont été capables de brûler cinq cents lieues dans la République, capables d’éventrer des femmes, de porter leurs enfants au bout de la baïonnette, capable de massacrer des vieillards parce qu’ils croyaient en Dieu ».

René Levasseur n’a pris aucune part auxdites atrocités. Il s’agit d’un amalgame honteux visant à salir la mémoire de ce conventionnel sarthois et que vous avez choisi de publier sans rectificatif ou commentaire, ce que se devait pourtant de faire un historien soucieux de l’exactitude des faits et de la vérité.

Levasseur fut envoyé en mission en 1793 sur les bords de la Loire par le Comité de Salut public pour empêcher l’Armée Catholique et Royale en fuite de repasser la Loire. Son action à Orléans, Blois, Saumur puis Angers se borna à organiser la défense desdites villes afin de prévenir toute attaque des rebelles et de les empêcher de repasser le fleuve. D’ailleurs, dans ses Mémoires, Madame la Marquise de Larochejaquelein rend hommage à ce travail de fortification réalisé sous l’autorité du Représentant en mission Levasseur, en écrivant : « Les républicains avaient barricadé toutes les entrées, et protégé tous les endroits faibles par quelques fossés et des remparts en terre. Ils avaient des batteries fort bien placées, et d’ajouter, et se bornèrent à se défendre, sans tenter une seule sortie. » Si pendant trois jours, il y eu des combats entre les assiégeants et les assiégés, il n’y eu ni massacre, ni femmes éventrées… par les Républicains et Levasseur de l’aveu même d’une ennemie de la République. Après le départ des rebelles « vendéens » vers Le Mans, Levasseur, resté quelque temps à Angers, fut rappelé par la Convention et ne participa pas à la Bataille du Mans et à l’écrasement de l’Armée Catholique et Royale.

Ce fut la seule mission de Levasseur dans l’Ouest de la France. Alors pourquoi le général Danican le cite-t-il comme ayant commis des atrocités qui ont pu avoir lieu en d’autres lieux et à d’autres dates ?

N’est-ce pas parce que lors du siège d’Angers, le général Danican – qui commandait alors les troupes de cette ville, prit prétexte d’une mauvaise chute de cheval, en réalité sans gravité aucune de l’avis même du chirurgien Levasseur, pour rester au lit pendant ledit siège évitant ainsi de participer à repousser l’assaut des ennemis. « Je racontai à mes collègues les exploits du général Danican ; quoique nous fussions tous bien convaincu que ce général était resté dans son lit ou par lâcheté ou par trahison, nous ne le destituâmes point. » (Mémoires de René Levasseur).

Cette trahison apparaîtra en pleine lumière quand il participera à l’insurrection royaliste du 13 Vendémiaire an IV (5 octobre 1795) et tentera de marcher sur les Tuileries, contre la Convention.

Lorsqu’en 1796, il accuse faussement, par la pratique de l’amalgame, le Représentant en mission Levasseur dans les lignes suscitées, c’est clairement comme royaliste qu’il le fait, certainement pour effacer « sa lâcheté ou sa trahison » dans les murs d’Angers en 1793 dont Levasseur fut le témoin. J’ajouterai enfin, que lors de son retour à la Convention, René Levasseur proposa le 26 frimaire an II (18 décembre 1793) « qu’il soit accordé une amnistie en faveur des citoyens forcés par les brigands, depuis qu’ils ont passé la Loire, de les suivre, sous peine d’être fusillés… » (Archives parlementaires, tome 81, p. 641).

Ainsi, en publiant le passage des écrits de 1796 du royaliste Danican, vous avez manqué au devoir critique de l’historien en citant, sans commentaire ni rectificatif, un texte visant délibérément à salir la mémoire de celui qui, par ailleurs, fit voter par la Convention l’abolition de l’esclavage.

En qualité de président du Club René Levasseur de la Sarthe, qui s’honore de son patronyme, je vous demande, par conséquent, de bien vouloir rectifier publiquement cette contre-vérité, et de bien vouloir porter à ma connaissance ledit rectificatif.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mon attachement à la vérité et à la République, garante de nos libertés.

Pour la SARF, son Président,

Daniel JOUTEUX.