Théâtre : La mort de Danton à la MC93 (Bobigny) du 9 mars au 1er avril

La mort de Dantonde George Büchner

mise en scène par Georges Lavaudant

avec Avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Frédéric Borie, Jean-Michel Cannone, François Caron, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Annie Perret, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne

« J’aime mieux être guillotiné que guillotineur » / Acte 2 scène 1

Le 25 Avril 2002, dans une mise en scène qui a fait date, Georges Lavaudant a déjà présenté sa vision de La Mort de Danton. S’il y revient, c’est qu’il y a aujourd’hui urgence. Rappelez-vous, c’était hier ou presque, quatre jours plus tôt pour être précis, le 21 Avril 2002 : on se croyait entrés dans la fin de l’Histoire. On se persuadait que l’économie seule régissait nos vies. La politique n’était plus qu’un jeu d’ombres. Tout paraissait joué…

Dix ans plus tard, la recréation de La Mort de Danton est l’occasion de reformuler des interrogations essentielles. Devant nous, avec nous, les protagonistes débattent de grandes questions esthétiques, métaphysiques – politiques, toujours. L’exercice de la pensée est omniprésent tout au long du drame. Büchner pousse le versant réflexif de l’art dramatique plus loin que personne avant lui. Mais les questions qui se posent sur ce théâtre d’idées sont toutes de chair et de sang, terriblement urgentes et concrètes. Par exemple : faut-il tuer pour ses convictions, ou mourir pour elles ? « J’aime mieux être guillotiné que guillotineur », répond Danton – mais Robespierre a-t-il tort pour autant ? Büchner, génialement, refuse tout verdict facile. C’est qu’il se veut poète, lui qui note dans une lettre à sa famille : « le poète dramatique n’est à mes yeux rien d’autre qu’un historien, mais se tient au-dessus de ce dernier dans la mesure où il crée pour nous l’histoire une deuxième fois […] ». Büchner, inventeur de réalité, nous montre « des caractères au lieu de caractéristiques et des figures au lieu de descriptions ». C’est en poète qu’il donne à voir des existences à notre image qui se battent et qui pensent, avançant à tâtons dans le chaos du temps.

Tarif préférentiel de 15 euros au lieu de 25 euros pour le public de la Société des études robespierristes. Pour bénéficier de ce tarif préférentiel, il est nécessaire de réserver par téléphone au numéro indiqué ci-dessous en indiquant vouloir profiter de l’offre au titre de la SER.

Pour en savoir plus : http://www.mc93.com/fr/2011-2012/la-mort-de-danton

RÉSERVATION 01 41 60 72 72 / WWW.MC93.COM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *