Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *