Non à la récupération partisane des ossements découverts au Mans !

Nous, maîtres de conférences et professeurs des universités spécialistes d’histoire de la Révolution française, croyons de notre devoir d’intervenir dans le débat suscité par les ossements découverts au Mans en 2009 et leur devenir.

Exhumés au hasard de travaux urbains, ces ossements ont été identifiés comme des restes de victimes des combats des 12-13 décembre 1793, premier des deux affrontements au cours desquels l’armée « catholique et royale » fut vaincue par les troupes républicaines. Les analyses menées n’ont, pour d’évidentes raisons, pas permis de savoir combien des quelque 150 à 160 corps retrouvés étaient ceux de « rebelles », de civils ou de soldats républicains. Ces restes humains une fois étudiés, que convient-il d’en faire ? Une loi de 1920 interdit de transférer des corps inhumés une première fois ; le débat ne devrait donc pas exister. Il est pourtant bien là !

Ici le département de la Vendée propose de transférer ces restes aux Lucs, là Hervé de Charrette les voudrait à Saint-Florent-le-Vieil ; quant à l’association « Vendée militaire », elle préfèrerait les voir aux Herbiers, où serait aménagée pour l’occasion une « crypte de recueillement ». Enfin, une association nommée « les fils et filles descendant des victimes du génocide vendéen » est allée jusqu’à réclamer une identification des victimes grâce à leur ADN, enquête qui serait financée par un « fonds public d’indemnisation du génocide vendéen » ; le tout assorti d’un « office religieux catholique annuel ».

De telles propositions prêteraient presque à sourire, si elles ne s’inséraient dans une œuvre de réinterprétation de l’Histoire, au mépris des travaux de la recherche universitaire sur la Révolution. La démarche de certains élus locaux et de quelques associations « vendéennes » s’inscrit ainsi dans le droit fil des propositions de loi reconnaissant un prétendu « génocide » vendéen, dont la dernière (16 janvier 2013), notamment signée par un député Front National, a logiquement été rejetée par l’Assemblée nationale.

Collectivement, nous tenons ainsi à rappeler que les spécialistes de la période révolutionnaire ont démontré que la notion de « génocide » ne pouvait aucunement s’appliquer à la répression qui a sévi dans les zones géographiques regroupées sous l’appellation de « Vendée militaire » en 1793-1794. Ainsi, s’il est important que les enjeux politiques du moment, voire les questions d’identité, puissent se nourrir de la mémoire, cela ne peut se faire au prix d’une instrumentalisation du passé. A l’heure où notre République connaît des tensions multiples, nous dénonçons avec la plus grande fermeté cette volonté de réécriture partisane de notre Histoire commune.

Pierre-Yves Beaurepaire (Professeur, Université Nice Sophia Antipolis), Marc Belissa (Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Michel Biard (Professeur, Normandie Université, Rouen), Yannick Bosc (Maître de conférences, Normandie Université, Rouen), Philippe Bourdin (Professeur, Université Clermont 2), Laurent Brassart (Maître de conférences, Université Lille 3), Jean-Luc Chappey (Maître de conférences, Université Paris I Panthéon Sorbonne), Paul Chopelin (Maître de conférences, Université de Lyon), Deborah Cohen (Maîtresse de conférences, Normandie Université, Rouen), Marc Deleplace (Maître de conférences, Université Paris Sorbonne), Anne de Mathan (Maîtresse de conférences, Université Bretagne Loire, Brest), Jean-Numa Ducange (Maître de conférences, Normandie Université, Rouen), Pascal Dupuy (Maître de conférences, Normandie Université, Rouen), Dominique Godineau (Professeure, Université Rennes 2), Anne Jollet (Maîtresse de conférences, Université de Poitiers), Maxime Kaci (Maître de conférences, Université Bourgogne Franche-Comté), Isabelle Laboulais (Professeure, Université de Strasbourg), Hervé Leuwers (Professeur, Université Lille 3), Aurélien Lignereux (Maître de conférences, IEP Grenoble), Virginie Martin (Maîtresse de conférences, Université Paris I Panthéon Sorbonne), Silvia Marzagalli (Professeure, Université Nice Sophia Antipolis), Guillaume Mazeau (Maître de conférences, Université Paris I Panthéon Sorbonne), Christine Peyrard (Professeure, Aix-Marseille Université), Karine Rance (Maîtresse de conférences, Université Clermont 2), Frédéric Régent (Maître de conférences, Université Paris I Panthéon Sorbonne), Eric Saunier (Maître de conférences, Normandie Université, Le Havre), Pierre Serna (Professeur, Université Paris I Panthéon Sorbonne), Valérie Sottocasa (Professeure, Université de Toulouse-2), Cyril Triolaire (Maître de conférences, Université Clermont 2), Eric Wauters (Professeur, Normandie Université, Le Havre).


2 réflexions sur « Non à la récupération partisane des ossements découverts au Mans ! »

  1. Maître de conférences en histoire du droit et des institutions à l’université de Franche- Comté et Président du Comité départemental pour l’histoire de la Révolution française en Côte-d’Or, je suis solidaire et en accord total avec mes collègues signataires.

  2. Tout le monde « récupère » et c’est pour longtemps indépassable puisque cette histoire est encore politiquement vivante donc, sauf dogmatisme unique, nécessairement contradictoire.
    La prudence scientifique ne consisterait-elle pas à laisser ouvert la question du « génocide ». Elle peut en effet être illustrée par des données contradictoires, en termes d’archives de débats à l’assemblée comme d’actes gouvernementaux, et évidemment de récit des colonnes infernales, dont la barbarie exterminatrice peut difficilement être sous-estimée… Certes il existe aussi des éléments différents. Pourquoi ossifier la question dans cette posture tout aussi, évidemment partisane, que celle des gestionnaires symboliques et mémoriels du « souvenir vendéen », auquel il serait cependant difficile de nier toute légitimité. L’épopée vendéenne a été reconnue comme telle par le jacobin Bonaparte lui-même et face à sa grandeur il faudrait enfin se garder d’être mesquin. L’invocation du diable Front National a elle même ici de quoi faire sourire comme élément d’argumentation. Pourquoi ne pas considérer qu’après deux siècles c’est peut-être de Vendée que viennent parmi les défenseurs les plus conséquents d’une culture commune et pacifiée de la République. S’enfermer dans le binaire piège de génocide/pas génocide me paraît dérisoire de la part de collègues par ailleurs estimables et scientifiquement légitimes. Je précise que je parle de Nantes et que ma biographie universitaire ne me confond avec aucun des camps partisans qui font survivre un affrontement vraiment dépassé au regard des enjeux de l’époque dans la mondialisation et la déstabilisation sociétale et culturelle des grandes et chaotiques migrations. Jacky Réault Agrégé d’Histoire M de conférence en sociologie (1968-2008). Actuellement LESTAMP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *