AppelRehtoriqueCotedOr2

Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Journée d’étude

Rhétoriques révolutionnaires en Côte-d’Or, entre laconisme et grandiloquence

Appel à communications

Le discours révolutionnaire sera au cœur des contributions présentées lors de cette journée d’études pluridisciplinaire. Beaucoup, au cours de la décennie révolutionnaire et dans la continuité des Lumières, ont dénoncé la loquacité, le verbiage ou encore la grandiloquence comme une arme de séductions rhétoriques susceptible de tromper les citoyens, de pervertir le message régénérateur et de dénaturer l’exercice du pouvoir. Le laconisme – cette référence à Sparte, Lacédémone et à la Laconie est-elle si surprenante ? — est alors revendiqué notamment dans l’exercice du pouvoir ; Saint-Just l’affirme : « il est impossible que l’on gouverne sans laconisme » -, mais aussi dans le langage juridique, donc pour déclarer, constituer ou encore légiférer comme a pu déjà le suggérer Montesquieu dans son Esprit des lois. Grégoire, dans son rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, n’hésite pas à en faire « l’apanage des Républicains ». Dans le même temps, les Révolutionnaires — parfois les mêmes — revendiquent, comme Marat, héritier de Rousseau, « l’éloquence du cœur » comme instrument de la Liberté et du nécessaire effort pédagogique régénérateur. Il conviendra donc de voir si notre territoire côte-d’orien ou d’autres ont su se détacher ou non d’un modèle parisien et de chercher les continuités et les ruptures dans l’usage du discours et du style entre les pratiques d’Ancien régime, les apports des Lumières mais aussi au-delà de la Révolution jusqu’à la fin de l’Empire. Cahiers de doléances, correspondances administratives, décisions de représentants, procès-verbaux de séances des corps constitués, comptes rendus de débats, procès-verbaux de fêtes ou cérémonies révolutionnaires, sermons, prières à l’Être suprême, discours patriotiques ou contre-révolutionnaires, libelles, journaux, poèmes, chansons, pièces de théâtre, opéras, correspondances privées… autant de sources, non exclusives, que chacun pourra, selon sa familiarité ou ses préférences, exploiter pour dégager les caractéristiques de cette rhétorique révolutionnaire.

Les propositions de communication accompagnées d’un résumé d’une dizaine de lignes peuvent être adressées avant le 29 février 2016 à Frank Laidié (flaidie@univ-fcomte.fr), ou à Claude Farenc (claude. farenc@wanadoo.fr), ou au Comité pour l’histoire de la révolution française en Côte-d’Or, Archives départementales de la Côte-d’Or, 8 rue Jeannin, 2100 Dijon.

Cette journée est organisée par le Comité départemental pour l’histoire de la Révolution en Côte d’Or

AppelRehtoriqueCotedOr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *