Colloque « Centralisation et fédéralisme », Rouen, 28-29 janvier 2016

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Colloque organisé par Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné

Rouen, Maison de l’Université, salle des conférences

28-29 janvier 2016

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, sans pour autant que deux « modèles » s’opposent de manière manichéenne. Dans la plupart des cas, ces structures étatiques font encore l’objet de débats, voire de controverses, et la centralisation est souvent évoquée en association avec son antonyme, la décentralisation, voire avec le fédéralisme. Dans la république française, toujours intimement liée aux héritages de la Révolution, des querelles presque permanentes agitent le monde politique et médiatique autour de la question du poids de l’Etat, avec souvent des usages péjoratifs des mots « jacobin » et « jacobinisme » qui renvoient à l’omniprésence des héritages révolutionnaires. Au-delà des frontières françaises, système fédéral ou non, des débats agitent aussi l’Italie ou l’Allemagne autour du « poids » supposé de telles ou telles régions géographiques économiquement moins « dynamiques » et que le reste du pays serait contraint à traîner comme un « boulet ». Länder orientaux et Mezzogiorno fournissent ainsi nombre d’arguments à des mouvances politiques soucieuses de dénoncer un système qui leur apporterait des aides trop importantes, voire adeptes d’une scission territoriale supposée résoudre toutes les contradictions comme si les frontières pouvaient aujourd’hui encore être des « remparts » efficaces. Ces questions ont été omniprésentes en Europe dès la Révolution française, avec en amont les échanges intellectuels autour des modèles politiques des XVIIe et XVIIIe siècles, et en aval l’inuence révolutionnaire exportée en Europe par le biais là encore de transferts culturels mais aussi à la force des baïonnettes. Le présent colloque propose une approche comparatiste entre les pays européens de langue française, allemande et italienne, les plus touchés par l’influence de la Révolution française, même si naturellement ils n’ont pas été les seuls à l’être.

Programme

Jeudi 28 janvier

9h : Accueil des participants, allocutions de bienvenue de M. Cafer Ozkul, Président de l’Université, et de Mme Sophie de Ruffray, directrice de l’IRIHS.

9H30 : Introduction générale Michel Biard, Jean-Numa Ducange, Jean-Yves Frétigné

Première séance : La Révolution française et l’Empire : la mise en place d’un modèle et sa première diffusion/contestation jusqu’au milieu du XIXe siècle

10h-13h (présidence : Michel Biard)

10h : Haim Burstin (Université de Milan), « Fédéralisme » : réflexion sur la formation d’un topos dans la rhétorique politique de la Révolution française.

10h30 : Danièle Pingué (Université de Franche-Comté), « Fédéralisme » et « jacobinisme » en Franche-Comté, autour de la révolte du « Jura contre Paris » de 1793.

11h : débats, puis pause. 11h30 : Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), Entre centralisation et décentralisation des questions scolaires : relire l’échec de l’école de la République (1789-1802).

12h : Riccardo Benzoni (Université Sacro Cuore, Milan), Fêter sous les ailes de l’aigle. Les célébrations politiques napoléoniennes dans la République Italienne et le Royaume d’Italie entre centralisation et élans d’autonomie (1802-1814).

12h30-13h00 : débats

14h30-18h30 (présidence : Thomas Maissen, directeur de l’Institut Historique Allemand)

14h30 : Gaid Andro (Université de Rennes II), Imputation rhétorique ou réalité administrative ? « Centralisation » et « fédéralisme » deux concepts politiques à l’épreuve des pratiques administratives fran- çaises (1780-1800).

15h : Valentina Dal Cin (Université de Venise), Centralisation et fédéralisme entre modernité et héritage : Français et Autrichiens en Vénétie et à Venise (1797-1815).

15h30 : Manuela Albertone (Université de Turin), Décentralisation territoriale et unité de la nation. Les « Lettres d’Abraham Mansword » : physiocratie et modèle américain.

16h : débats, puis pause.

16h30: Juri Auderset (Université de Fribourg), “In time-honored disguise and borrowed language”? Concepts of federalism in the Revolutions of 1848 in transnational Perspective.

17h : Fausto Proietti (Université de Pérouse), « Que la Commune soit souveraine » : à propos de l’opposition jacobinisme/girondinisme dans le vocabulaire politique de la Deuxième République française.

17h30 : Carlo Moos (Université de Zurich), Cattaneo : une critique de l’Italie centralisée au nom du fédéralisme.

18h-18h30 : débats

Vendredi 29 janvier

Deuxième séance : Héritages et actualité de ce débat du milieu du XIXe siècle à nos jours

9h30-12h30 (présidence : Jean-Yves Frétigné)

9h30 : Gilda Manganaro Favaretto (Université de Trieste), La fédération : un projet politique controversé aux XIXe et XXe siècles.

10h : Ivana Pederzani (Université Sacro Cuore, Milan), Un exemple de « centralisation à l’italienne ». Varese, commune du Royaume d’Italie dans la seconde moitié du XIXe siècle (1859-1898).

10h30 : débats, puis pause.

11h : Giustina Manica (Université de Florence), Du fédéralisme au centralisme. Le Mezzogiorno et l’unité de l’Italie, de Filangeri aux lois sur la centralisation.

11h30 : Pierre Allorant (Université d’Orléans), La Société de Législation Comparée et le débat sur centralisation et fédéralisme : un dépassement des controverses françaises par l’étude des modèles étrangers et la préparation de réalisations républicaines (1869-1884).

12h-12h30 : débats.

14h-18h (présidence : Jean-Numa Ducange)

14h : Eva Marlene Hausteiner (Université de Berlin), Elective Affinities ? Intersections between federalism and Empire (19th century).

14h30 : Antoine Chollet (Université de Lausanne), Le sens politique du fédéralisme suisse.

15h : Ion Cârja (Université de Cluj), Conceptions fédéralistes chez les Roumains de Transylvanie dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle : projets, espoirs et désillusions.

15h30 : François Antoine (Archives de l’Etat à Bruxelles), La fusion des communes en Belgique. Entre ratio et émo.

16h : débats et pause

16h30 : Sandro Rogari (Université de Florence), Le régionalisme dans l’Italie républicaine.

17h : Corrado Malandrino (Université degli studi del Piemonte orientale, Turin), Peuple et citoyenneté européens dans la perspective fédéraliste-comunicative : de Balibar à Habermas.

17h30 : conclusion générale par Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné.

18h : clôture des travaux.

Colloque organisé avec le soutien de l’Université de Rouen, l’IRIHS, le GRHIS, la région Haute-Normandie, la Societa Toscana per la storia del Risorgimento, la Société d’études françaises du Risorgimento italien et la Société des études robespierristes.

Contact : grhis@univ-rouen.fr

AfficheCentralisationFederalisme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *