Colloque « Les révolutions. Un moment de relecture du passé » (Lille, 5 et 6 décembre 2013)

Junius-Brutus-par-JaninetLes révolutions

Un moment de relecture du passé

Colloque organisé par l’UMR-CNRS IRHiS (Lille 3)

la Société des Etudes Robespierristes

la Société de 1848

CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

avec le soutien de l’ANR ACTAPOL

Lille 3 (locaux de l’IRHiS)

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013

 

Dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, la rencontre de Lille souhaite engager une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. C’est la construction d’un discours historique ou politique destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui sera au cœur des analyses.

Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire immédiat ou futur ? Il s’agit d’observer l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé ; mais aussi d’observer l’effort de construction de la rupture par les premiers observateurs d’une révolution accomplie.

 

Jeudi 5 décembre, 9 h 30

 

Introduction

Hervé Leuwers, Université Lille 3

Sylvie Aprile, Université Lille 3

 

1. Relire la Révolution passée… pour l’avenir

Rapporteur : Louis Hincker, Université de Valenciennes

Veronica Granata (Université de Liège), Comprendre les origines de la Révolution pour agir sur l’histoire de demain. Les enjeux du débat sur les Lumières dans la première moitié du XIXe siècle

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Vulgariser l’histoire révolutionnaire, un défi pour l’avenir (France, pays germaniques ; 1880-1900)

Roman Krakovsky (docteur EHESS), Histoire et mémoire dans la transition vers le communisme en Europe centrale

Rafael Pedemonte (doctorant Paris 1), Cuba en quête d’identité révolutionnaire. De l’ambiguïté idéologique à l’adoption d’une ligne prosoviétique (1959-1971)

 

Jeudi 5 décembre, 14 h

2. Relire les révolutions en révolution

Rapporteur : Sabine Dullin, Université Lille 3

Francesco Dendena (Post-doc EHESS), Un puritain parmi les Montagnards. Rééditer les mémoires du régicide anglais Edmund Ludlow en l’an II

Philippe Darriulat (Sciences-Po Lille), Les trois glorieuses au miroir de la Révolution française

Alexandre Dupont (doctorant Paris 1 et Casa de Velázquez), « C’est l’implacable logique du mal ». Quand les contre-révolutionnaires Français interprètent la Révolution espagnole de septembre 1868

Etienne Peyrat (doctorant IEP/Lille 3), L’ancien régime vu de Sirius : la révolution de 1917 dans la communauté russe de Perse du Nord

Alexandre Tchoudinov (Institut de l’Histoire universelle, Académie des sciences de Russie), Justifier la collectivisation soviétique par la Révolution française

 

Vendredi 6 décembre, 9 h.

3. Justifier la Révolution par l’histoire

Rapporteur : Michel Biard, Université de Rouen

Frédéric Bidouze (Université de Pau), Le moment révolutionnaire contre les parlements (1787-1789). Une relecture de l’histoire des résistances françaises

Marc Deleplace (Université Paris-Sorbonne), La monarchie au tribunal de la Révolution. Relecture de l’histoire et débat politique

Vladislava Sergienko (Université Moscou), La rupture avec l’ordre antérieur dans le discours des monarchiens

Anna Karla (Université de Cologne), Pratiques éditoriales et stratégies narratives des Mémoires sur la Révolution française (1790-1830)

Armelle Enders (Université Paris-Sorbonne), La Révolution de 1930 au Brésil et la légende noire de la première république

 

Vendredi 6 décembre, 14 h.

4. Relecteurs et prophètes

Rapporteur : Pierre Serna, Université Paris 1

Erica Mannucci (Université de Milan), La rupture sans solution de Sylvain Maréchal

Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), Un projet d’histoire de la Révolution française par un contemporain américain : Joël Barlow, témoin actif des événements

Florent Brechet (doctorant Université Lyon 3), Chateaubriand et les révolutions : des relectures successives du passé et du présent

Edward Castleton (MSHE-Université de Franche-Comté), Décrire la Révolution pour la maîtriser, le cas de Pierre-Joseph Proudhon

Vincent Robert (Université Paris 1), L’Empire sur les ruines de la monarchie et de la république. Adolphe Granier de Cassagnac

 

Conclusions :

Philippe Bourdin, Université de Clermont-Ferrand II

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *